À l’université de Paris, un séminaire sur les liens entre marxisme et postcolonialisme

À l’université de Paris, un séminaire sur les liens entre marxisme et postcolonialisme se tiendra le 10 mars organisé par l’université de Paris Sciences Humaines et Sociales et l’école des hautes études en sciences sociales. L’intervenant principal est un ancien membre du parti des indigènes de la République. 

 

capture d'é

Cet évènement a pour but d’étudier le phénomène suivant :

“Le lien entre approches postcoloniales et activités militantes est autant utilisé à charge contre ces approches que pour en louer l’épistémologie située. Cet axe a donc pour objectif d’éclaircir la construction des rapports entre activité scientifique et militantisme dans les approches postcoloniales en dialoguant aussi avec ceux qui s’en saisissent pour l’action”.

 

Le principal invité de cette conférence est Selim Nadi, présenté sur la page comme “ATER à l’Université Lyon 2 et chercheur invité à l’Université d’Oxford”.

Il était notamment intervenu en 2017 dans une conférence à Sciences Po intitulée :  « Conditions noires et politique : de la nécessité de la violence » au cours de laquelle il représentait ce parti. En voici quelques extraits :

“Il faut admettre notre faiblesse principale : la quasi-absence d’une organisation politique capable de lutter sur le même plan que le pôle blanc.”

“L’État est l’instance oppressive principale des indigènes et c’est pourquoi il occupe une place si importante pour nous.”

“En effet, afin d’asseoir les privilèges raciaux dont jouissent les blancs, l’État ne peut se contenter de faire uniquement appel aux forces répressives, mais se doit également de mobiliser une idéologie. Celle-ci, en devenant hégémonique, participe ainsi totalement de l’exclusion des indigènes du champ politique blanc, de l’accès à l’emploi, de la délégitimation de tout discours indigène prenant le contre-pied de l’adoration de l’État-nation français, etc.”

 

Sur son compte twitter Selim Nadi dénonçait aussi les “condamnation des inculpés de Valmy”… qui ne sont autres que les jeunes antifascistes dont Antonin Bernanos qui avaient mis le feu à une voiture de police avec leurs occupants encore à l’intérieur…

Qui de mieux pour parler marxisme et postcolonialisme à l’université de Paris que Selim Nadi ?

Nous avons une petite faveur à vous demander.
Nous avons fais le choix de ne diffuser aucune publicité sur notre site que vous êtes de plus en plus nombreux à consulter (pour vous informer sur la situation des universités).
C’est pourquoi nous avons besoin de vous,
Campus Vox est un média 100% indépendant qui lance l’alerte et fait connaitre l’état de l’enseignement supérieur français. Nos journalistes et nos correspondants mènent un travail en profondeur pour dénicher les irrégularités et mettre au jour les abus de la pensée unique et de l’extrême-gauche totalitaire. Ils travaillent d’arrache pied pour diffuser la vérité sur les universités et pour en faire une actualité qui compte…
Si chacun de vous, qui nous lisez avec attention, nous aide à sa mesure, nous pourrions démultiplier nos capacités de lanceurs d’alertes et révéler chaque jours toujours plus de scandales, avec à terme pour objectif de refaire de l’université un lieu d’excellence et de liberté d’expression.
Alors, avec nous, faites pression sur le système universitaire en soutenant notre travail, cela ne vous prendra qu’une minute :
Pour faire un don cliquez ici.
Un grand merci
Xavier Nicolas

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur reddit
Reddit
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
fr_FR
en_US fr_FR