Inscriptions murale féministe

Atelier : “Comment ne pas reproduire les dominations dans nos luttes ?”

Un atelier pour ne pas “reproduire les dominations dans les luttes s’est tenu les 1er et 2 février 2020 lors de la coordination nationale des facs et labos en lutte. 

Cet évènement a rassemblé “une quarantaine de personnes, essentiellement des femmes et des personnes non-binaires ainsi que quelques hommes.”

Comment ne pas reproduire les dominations dans nos luttes

 

Les objectifs affichés étaient :

  • Discuter de la façon dont l’ESR (enseignement supérieur et recherche) est structuré par des rapports de pouvoir et des hiérarchies fondées sur la classe, le genre, la sexualité, la race, la nationalité, l’identité de genre ou encore la situation de handicap (validisme).

  • Discuter de la façon dont ces rapports de domination pourraient être aggravés par une série de lois et de projets de loi (chômage, retraite, LPPR entre autres) alors même que la situation actuelle pour les minoritaires est catastrophique et, davantage pour celles et ceux dont les situations sociales imbriquent plusieurs situations minoritaires.

  • Discuter de la façon dont cette mobilisation elle-même peut reproduire voire accentuer certains rapports de domination.

  • Être force de proposition pour lutter contre ces inégalités et proposer des revendications et moyens d’action pour imaginer une autre université et une autre recherche qui soient véritablement égalitaires et inclusives.

 

Voici quelques extraits : 

 

“Le racisme quotidien et structurel dans l’université a aussi été abordé, mais de façon moins centrale, en raison du fait même de la position majoritaire des participant·es. La blanchité du mouvement est en soit révélateur d’une certaine exclusion des racisé·es. Dans un tel contexte, le mouvement doit d’autant plus faire de ces discriminations un thème explicite à la hauteur de l’enjeu.”

De nombreux témoignages ont mis en avant la co-constructrion des rapports de domination et de la discrimination.

Beaucoup de témoignages ont évoqué la fatigue morale et physique qui résulte de toute l’énergie dépensée à lutter contre les discriminations, recueillir des informations, aider celles et ceux qui en ont besoin, etc.

En ce qui concerne les deux jours de coordination en particulier, cet atelier à fait remonter des critiques et des difficultés :

  • Plusieurs personnes ont exprimé le sentiment que lors de la première plénière (samedi matin), la parole a été monopolisée par des hommes blancs titulaires parisiens/franciliens, et que la tribune recadrait plus la parole qui venait des étudiant·es et des précaires, que celle des titulaires.
  • L’organisation de la garde d’enfants était problématique, car les enfants n’étaient pas assez mis à part, et du coup voyaient leur parent (et notamment leur mère).
  • Le grand amphi (où un autre groupe se réunissait) n’était pas adapté à la tenue d’un atelier qui a de fait était un espace de témoignage de violences.
  • Les étudiant·es ont également souligné que leur lieu de rencontre de la journée de samedi n’était pas non plus approprié et reflétait un traitement différencié.

 

Avec des propositions :

 

Faire du suivi de cours sur les discriminations une composante obligatoire des diplômes.

Parité totale (de genre, de statut) dans les instances, repenser véritablement la gouvernance de l’université et de l’ESR de façon participative et égalitaire.

Imposer des sanctions aux auteur·trices de violences et de discriminations.

 

 

Nous avons une petite faveur à vous demander.
Nous avons fais le choix de ne diffuser aucune publicité sur notre site que vous êtes de plus en plus nombreux à consulter (pour vous informer sur la situation des universités).
C’est pourquoi nous avons besoin de vous,
Campus Vox est un média 100% indépendant qui lance l’alerte et fait connaitre l’état de l’enseignement supérieur français. Nos journalistes et nos correspondants mènent un travail en profondeur pour dénicher les irrégularités et mettre au jour les abus de la pensée unique et de l’extrême-gauche totalitaire. Ils travaillent d’arrache pied pour diffuser la vérité sur les universités et pour en faire une actualité qui compte…
Si chacun de vous, qui nous lisez avec attention, nous aide à sa mesure, nous pourrions démultiplier nos capacités de lanceurs d’alertes et révéler chaque jours toujours plus de scandales, avec à terme pour objectif de refaire de l’université un lieu d’excellence et de liberté d’expression.
Alors, avec nous, faites pression sur le système universitaire en soutenant notre travail, cela ne vous prendra qu’une minute :
Pour faire un don cliquez ici.
Un grand merci
Xavier Nicolas

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur reddit
Reddit
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
fr_FR
en_US fr_FR