Féministe

La non mixité dans les universités, une pratique qui divise

Suite au blocage en non mixité de genre de l’université Paris 8 par des collectifs féministes, retour sur la pratique de la non mixité dans les universités. 

 

Ce lundi avait lieu le blocage de l’université Paris 8 en opposition au patriarcat et aux violences faites aux femmes. Seulement, ce blocage, au delà des désagréments habituels, a particulièrement fait réagir les étudiants puisqu’il était en “non mixité de genre”.

Sur les messageries groupées utilisées par les étudiants mobilisés de l’université, le blocage fait débat. Il lui est notamment reproché d’exclure de la lutte les hommes qui peuvent tout aussi bien être féministes que les femmes. Certains dénoncent un mouvement exclusif et non coordonné.

De leur côté les organisatrices de ce blocage dénoncent le “mansplaining” des “hommes cis et blancs” et leur volonté d’“invisibiliser” les luttes des femmes.

Communiqué du 9 mars
Communiqué du 9 mars

Suite à ces débats, un document a été créé pour éviter les oppressions lors des Assemblées Générales:

 

Se taire en AG
Se taire en AG

 

Un article a été de nombreuses fois partagé sur les différents groupes de mobilisations pour expliquer le “bien fondé” de la non mixité choisie :

En voici quelques extraits ;

“La non-mixité a été particulièrement importante pour que les femmes puissent prendre conscience du caractère systémique des violences masculines”

“Il existe une différence entre la ségrégation subie et nourrie par le pouvoir, et la non-mixité temporaire choisie par des personnes vulnérables », rappelle la journaliste et militante Rokhaya Diallo. « Les réunions afro-féministes non mixtes n’ont en aucun cas vocation à proposer un projet de société ségrégationniste définitif, puisqu’elles s’inscrivent dans la temporalité d’un événement ponctuel. Elles offrent à leurs participantes une échappatoire, une zone de respiration dans une société oppressive.”

“Les raisons pour lesquelles ces groupes sont attaqués, c’est qu’ils mettent en évidence, de façon radicale, la domination patriarcale et raciste, estime de son côté Françoise Vergès.”

 

 

Nous avons une petite faveur à vous demander.
Nous avons fais le choix de ne diffuser aucune publicité sur notre site que vous êtes de plus en plus nombreux à consulter (pour vous informer sur la situation des universités).
C’est pourquoi nous avons besoin de vous,
Campus Vox est un média 100% indépendant qui lance l’alerte et fait connaitre l’état de l’enseignement supérieur français. Nos journalistes et nos correspondants mènent un travail en profondeur pour dénicher les irrégularités et mettre au jour les abus de la pensée unique et de l’extrême-gauche totalitaire. Ils travaillent d’arrache pied pour diffuser la vérité sur les universités et pour en faire une actualité qui compte…
Si chacun de vous, qui nous lisez avec attention, nous aide à sa mesure, nous pourrions démultiplier nos capacités de lanceurs d’alertes et révéler chaque jours toujours plus de scandales, avec à terme pour objectif de refaire de l’université un lieu d’excellence et de liberté d’expression.
Alors, avec nous, faites pression sur le système universitaire en soutenant notre travail, cela ne vous prendra qu’une minute :
Pour faire un don cliquez ici.
Un grand merci
Xavier Nicolas

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur reddit
Reddit
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
fr_FR
en_US fr_FR