Photo prise par Chokniti Khongchum

Pays-Bas : une université décide de ne plus recruter d’hommes

L’une des principales universités d’ingénierie d’Europe fait l’objet d’une enquête sur des allégations de discriminations fondées sur le sexe après avoir augmenté son nombre de femmes de 25% en ouvrant des postes vacants exclusivement aux femmes. 

L’Institut néerlandais des droits de l’homme a demandé à l’Université de technologie d’Eindhoven de justifier une politique selon laquelle seules les femmes peuvent postuler à des postes dans la faculté au cours des six premiers mois de leur publication.

Le recteur de l’université, Frank Baaijens, a déclaré qu’une deuxième réunion avec l’organisation des droits de l’homme aurait lieu vendredi prochain à la suite d’une plainte anonyme, et qu’une décision devrait être rendue en juin ou juillet.

Frank Baaijens a ajouté qu’environ un tiers du personnel de la faculté était opposé à l’initiative, mais il pensait qu’il était indispensable d’améliorer la parité de son personnel.

Les Pays-Bas ont l’une des proportions les plus faibles de femmes professeurs dans l’UE, et l’Université de technologie d’Eindhoven a depuis longtemps la proportion la plus faible de toutes les universités du pays.

Depuis la mise en œuvre de la politique d’embauche en juillet dernier, l’université a embauché 35 femmes scientifiques – 29 professeurs adjoints, deux professeurs associés et quatre professeurs titulaires. Chaque nouvelle employée reçoit 100 000 € (90 000 £) à consacrer à son mentorat et à sa recherche.

“Nous devrons voir si nous devons ajuster le programme”, a déclaré Baaijens. “Mais je pense que dans l’ensemble, les gens sont contents et nous apportons le changement que nous recherchons.”

Baaijens a déclaré que d’autres politiques de recrutement, y compris un comité de nomination devant désigner au moins un candidat masculin et féminin, avaient échoué.

Il a déclaré : “Nous pensons que nous pouvons devenir une meilleure université si nous avons une meilleure représentation des scientifiques dans l’université. Nous avons eu toutes sortes de mesures sur une période de 10 à 15 ans, mais elles ne semblent pas avoir été particulièrement efficaces car le taux de croissance était très faible. Nous avions un taux de croissance d’environ 1% par an dans notre faculté, il nous faudrait donc beaucoup de temps pour obtenir quelque chose d’approprié.”

Baaijens a aussi déclaré qu’il existait deux cas où des postes avaient été attribués à des hommes en raison du manque de candidates appropriées.

L’université prévoit de maintenir la politique pendant cinq ans, l’objectif étant qu’à la fin du programme, au moins 30% du personnel académique permanent soit de sexe féminin.

“Il y a un préjugé sexiste implicite dans la science, ce qui peut avoir réduit le nombre de femmes que nous avons pu recruter. Et si vous êtes confronté à un environnement dominé par les hommes, il peut ne pas être très attrayant pour les femmes de postuler à un poste, vous devez donc faire quelque chose pour obtenir des changements.” a ajouté le recteur.

 

 

The Guardian

Nous avons une petite faveur à vous demander.
Nous avons fais le choix de ne diffuser aucune publicité sur notre site que vous êtes de plus en plus nombreux à consulter (pour vous informer sur la situation des universités).
C’est pourquoi nous avons besoin de vous,
Campus Vox est un média 100% indépendant qui lance l’alerte et fait connaitre l’état de l’enseignement supérieur français. Nos journalistes et nos correspondants mènent un travail en profondeur pour dénicher les irrégularités et mettre au jour les abus de la pensée unique et de l’extrême-gauche totalitaire. Ils travaillent d’arrache pied pour diffuser la vérité sur les universités et pour en faire une actualité qui compte…
Si chacun de vous, qui nous lisez avec attention, nous aide à sa mesure, nous pourrions démultiplier nos capacités de lanceurs d’alertes et révéler chaque jours toujours plus de scandales, avec à terme pour objectif de refaire de l’université un lieu d’excellence et de liberté d’expression.
Alors, avec nous, faites pression sur le système universitaire en soutenant notre travail, cela ne vous prendra qu’une minute :
Pour faire un don cliquez ici.
Un grand merci
Xavier Nicolas

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur reddit
Reddit
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
fr_FR
en_US fr_FR