Capture d'écran du site, les Salopettes

Un petit guide pratique sur l’écriture inclusive à l’ENS Lyon

L’association féministe, “les salopettes”, de l’École Normale Supérieure de Lyon  propose sur son site un “petit guide pratique de l’écriture inclusive”.

 

Voyez par vous-même sur le lien suivant.

Ce guide propose de changer sa manière d’écrire et de parler en changeant progressivement d’habitudes, du niveau 1 où il suffit de féminiser les fonctions, au niveau 7 “grammaires queer” : 

Ensuite l’association propose des clés pour réussir à parler à l’oral en “écriture inclusive”:

“Comment je fais à l’oral ?

La pratique la plus commune consiste à dédoubler l’expression : les étudiant⋅es devient les étudiantes et les étudiants. Si vous lisez un texte écrit en écriture inclusive à l’oral, vous allez sûrement faire sauter quelques traits en ne dédoublant que le nom dans le groupe verbal – ce n’est pas bien grave.

Vous pouvez cependant adopter d’autres usages à l’oral, comme marquer une légère pause avant de faire sonner le ⋅e. Comme noté précédemment, la lecture dédoublée des formes en ⋅e pose un problème d’invisibilisation des personnes non-binaires : certaines formes présentes dans les usages queer se prêtent bien, voire mieux au langage oral puisqu’il n’existe qu’une seule forme (auteurice par exemple, les pronoms iel ou toustes, l’article lae…), d’autres formes sont plus difficilement prononçables.

Si vous parlez à un public majoritairement composé de femmes, vous pouvez aussi tout féminiser, pour éviter de dédoubler le terme employé (Est-ce que toutes les étudiantes sont arrivées ? dans des filières fortement féminisées par exemple). Cependant, cela peut être problématique lorsque vous utilisez un terme de façon générique, en associant par exemple une profession considérée comme féminine au féminin en langue : il semble ainsi préférable de dire : je cherche une ou un sage-femme, une infirmière ou un infirmier, une assistante ou un assistant maternel.

Globalement, faites ce qui vous semble le plus simple.”

 

Les arguments “stupides” de l’Académie française :

 

L’École Normale Supérieure de Lyon est définitivement très touchée par ce phénomène d’écriture inclusive. Une étudiante nous indiquait déjà cette forme de dérive dans un témoignage sur notre site.

Nous avons une petite faveur à vous demander.
Nous avons fais le choix de ne diffuser aucune publicité sur notre site que vous êtes de plus en plus nombreux à consulter (pour vous informer sur la situation des universités).
C’est pourquoi nous avons besoin de vous,
Campus Vox est un média 100% indépendant qui lance l’alerte et fait connaitre l’état de l’enseignement supérieur français. Nos journalistes et nos correspondants mènent un travail en profondeur pour dénicher les irrégularités et mettre au jour les abus de la pensée unique et de l’extrême-gauche totalitaire. Ils travaillent d’arrache pied pour diffuser la vérité sur les universités et pour en faire une actualité qui compte…
Si chacun de vous, qui nous lisez avec attention, nous aide à sa mesure, nous pourrions démultiplier nos capacités de lanceurs d’alertes et révéler chaque jours toujours plus de scandales, avec à terme pour objectif de refaire de l’université un lieu d’excellence et de liberté d’expression.
Alors, avec nous, faites pression sur le système universitaire en soutenant notre travail, cela ne vous prendra qu’une minute :
Pour faire un don cliquez ici.
Un grand merci
Xavier Nicolas

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur reddit
Reddit
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
fr_FR
en_US fr_FR