Forum du Campus Pont-de-Bois – vue sur la bibliothèque

Témoignage : À l’université de Lille, “la majorité silencieuse a peur de dévoiler ses opinions”

Vous êtes étudiant en deuxième année de licence d’histoire à l’université de Lille sur le campus Pont de Bois à Villeveuve d’Ascq, la pluralité des opinions est-elle respectée ?

 

Il est difficile de savoir si la pluralité des opinions (politiques j’entends) est respectée, car j’ai le sentiment qu’une seule opinion politique règne en maître sur ce campus. Ainsi cette pluralité n’est pas réellement existante. Si des étudiants semblent se détacher de cette opinion dominante, ils ne le font que très discrètement, car ils semblent muselés par cette opinion dominante. Chez les enseignants aussi, en règle générale, et cela se retrouve dans les enseignements. De manière indirecte, je ressens une prise de parti, dans les propos et dans la manière de les tenir, mais cela est bien connu et réputé dans le monde de l’enseignement. Si je peux vous donner un exemple, certains professeurs, dont je ne citerai pas le nom ni la discipline, ne se cachent pas lorsqu’ils crachent sur des doctrines politiques réputées plus “à droite”. Certaines théories font même l’objet de cours entiers dans notre matière, comme celle du grand remplacement. Ce sujet semblait être présenté pour être discrédité face à un public étudiant qui se réjouissaient d’entendre les professeurs mettre plus bas que terre certains sociologue et chercheurs “qui ne sont pas de gauche”. Le problème n’est pas d’adhérer à cette théorie mais d’en faire un enseignement, sans contradictoire.

 

Certaines associations d’étudiants perturbent elles le bon déroulement des cours ?

Au sein de mon campus, il y a peu d’associations étudiantes, à proprement parler. Ces associations, (UNEF, NPA)  se revendiquent comme des syndicats d’étudiants, qui interviennent environ une fois par semaine avant qu’un cours commence, en général dans les amphithéâtre afin de toucher tout le monde. Il est également arrivé que certains étudiants d’associations étudiantes, telles que celle que je viens de citer, interviennent en plein TD, pour appeler à la mobilisation générale, à manifester. Et cela semble se faire souvent avec la bénédiction des enseignants qui ne sont pas dupe quant à leurs idées politiques. Les professeurs ne demandent même pas qui sont ces étudiants avant qu’ils interviennent, car ils savent déjà que seuls les étudiants d’extrême gauche ont droit à la parole ici.

Nous avons parlé des associations étudiantes, mais maintenant, parlons de leurs membres, qui sont très bien répartis dans le campus. Cela se traduit et se voit par des interventions en cours, des remarques sur des propos qui sont selon eux politiquement incorrects. “L’opposition” restant majoritairement silencieuse dans ces cas là. Car il faut le dire, si quelqu’un parle ou intervient dans le sens contraire de leurs idées, ils vont s’en prendre “plein la gueule” de tous les côtés, même par l’enseignant. Aussi, la minorité silencieuse s’abstient dans la plupart des cas.

Autre exemple de sectarisme : le filtrage à l’entrée de la faculté certains matins, avec des tables disposées en ligne par des associations d’étudiants, mégaphone en main, distribution de tracts, criant pour rassembler et faire la fameuse révolution ! Ces tracts parlons en ! Ils sont distribués quotidiennement par des étudiants à l’entrée du bâtiment, libre à vous de l’accepter ou non certes, mais cela s’apparente à une campagne politique qui ne s’arrête jamais. S’ajoutent à cela des affiches placardées dans toute l’école, à l’entrée de l’école, à la sortie, partout, et d’une seule couleur idéologique ou politique.

 

Avez vous été témoin ou victime de violences en raison d’appartenances idéologiques et politiques ? 

Non je n’ai pas été témoin de violences en raison de mes appartenances idéologiques ou politiques, du moins aucune violence physique à déclarer. En général les gens défendent leurs idées avec la parole, ils n’ont pas besoin d’être violent car ils se savent majoritaire, et personne ne leurs met de bâtons dans les roues. Mais honnêtement pour des étudiants comme moi, qui souhaiteraient que d’autres idées politiques puissent s’exprimer au sein du campus, c’est assez compliqué. Car être muselé chaque jour, afin d’éviter les problèmes, c’est pesant. Mais comme l’expliquait un célèbre philosophe, le vent s’abat sans cesse sur le roseau, il se plie chaque jour, mais il ne rompt pas… Un jour, la situation va dégénérer…Mais peut être que nous, la majorité silencieuse, sommes aussi fautifs car nous laissons faire tout ça sans jamais rien dire. J’aimerais vraiment pouvoir étudier dans un endroit qui n’est pas politisé comme ça, car c’est vraiment lourd au quotidien. Je ne m’attendais pas à ça en m’inscrivant dans cette faculté de lettres, où l’expression semblait possible pour tout le monde…! Tout ce que je viens de vous dire relève de ma pensée et de mon point de vue, mais sachez que je ne suis pas le seul à penser ces choses, nous sommes juste silencieux et nous laissons faire… C’est pourquoi je vous remercie de me donner la parole afin de pouvoir témoigner.

 

Crédit photo : Christophe Hugot, URL 

Nous avons une petite faveur à vous demander.
Nous avons fais le choix de ne diffuser aucune publicité sur notre site que vous êtes de plus en plus nombreux à consulter (pour vous informer sur la situation des universités).
C’est pourquoi nous avons besoin de vous,
Campus Vox est un média 100% indépendant qui lance l’alerte et fait connaitre l’état de l’enseignement supérieur français. Nos journalistes et nos correspondants mènent un travail en profondeur pour dénicher les irrégularités et mettre au jour les abus de la pensée unique et de l’extrême-gauche totalitaire. Ils travaillent d’arrache pied pour diffuser la vérité sur les universités et pour en faire une actualité qui compte…
Si chacun de vous, qui nous lisez avec attention, nous aide à sa mesure, nous pourrions démultiplier nos capacités de lanceurs d’alertes et révéler chaque jours toujours plus de scandales, avec à terme pour objectif de refaire de l’université un lieu d’excellence et de liberté d’expression.
Alors, avec nous, faites pression sur le système universitaire en soutenant notre travail, cela ne vous prendra qu’une minute :
Pour faire un don cliquez ici.
Un grand merci
Xavier Nicolas

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur reddit
Reddit
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur whatsapp
WhatsApp
fr_FR
en_US fr_FR